Bienvenue aux portes de la Bretagne

Lactalis

Lactalis est l’une des plus grandes entreprises de toute l’industrie agroalimentaire française et mondiale. Pour cause, le groupe Lactalis se classe au troisième rang mondial des entreprises spécialisées dans la transformation de produits laitiers. En termes de chiffre d’affaire, Lactalis reste derrière Nestlé et Danone. Par ailleurs, l’entreprise est le 1er groupe fromager mondial, mais aussi le 1er collecteur de lait européen si l’on se base sur ses volumes de production.

Le siège de la multinationale Lactalis est situé à Laval
Le siège de la multinationale Lactalis est situé à Laval

C’est à Laval, dans le département de la Mayenne, que se trouve le siège du groupe Lactalis. La multinationale dispose de près de 75.000 employés qui sont répartis au sein de 236 unités industriels à travers 44 pays différents. Ses produits les plus célèbres, dont la gamme de produits Président, sont vendus hors en France et dans les DOM-TOM, mais aussi dans près de 140 pays à travers l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient.

Historique du groupe Lactalis

C’est en octobre 1933 que André Besnier, le fondateur du groupe Lactalis, commence à fabriquer ses premiers fromages. À l’époque, l’entreprise s’appelait encore Besnier. Ce ne sera qu’en 1999 que l’entreprise changera de nom pour devenir Lactalis. En réalité, ce jour du 19 octobre 1933, André Besnier a commencé son activité de transformation de produits laitiers en fabriquant 17 camemberts. Ce sera Michel Besnier, le fils de André Besnier qui prendra les règnes du groupe en 1955.

L’histoire du groupe Lactalis sera marquée par une expansion qui se manifeste par le lancement de la marque de camembert « Président » en 1968 et une succession d’acquisitions.

L’expansion du groupe va commencer à s’accélérer avec l’acquisition de la société Préval en 1973. Il s’agit de l’entreprise française précurseur dans la fabrication de beurre à partir de la crème de lait. Le prochain gros coup du groupe Lactalis se déroulera en 1990 avec l’acquisition du groupe Bridel. Au début des années 90, Bridel est le 4ème transformateur laitier en France avec un chiffre d’affaires d’environ 66 milliards de francs (environ 850 millions d’euros), une dizaine d’usines et une présence dans une soixantaine de pays à travers le monde.

Après le changement de nom du groupe Besnier en pour Lactalis, c’est le fils de Michel Besnier, Emmanuel, qui dirigera l’entreprise en 2000. L’expansion de Lactalis se poursuit en 2006. En effet, le groupe décide de racheter à BC Partners le groupe italien Galbani. Il s’agit d’une entreprise de transformation de produits laitiers spécialisée dans la production de fromages Méditerranéens (Mozzarella, Ricotta, Mascarpone, Gorgonzola).

Entre 2008 et 2014, le groupe Lactalis va une fois de plus multiplier les acquisitions. Parmi les plus significatives, il y a Baer, le principal transformateur fromager de Suisse. En 2011, Lactalis devient le premier actionnaire du premier groupe laitier italien Parmalat SPA en contrôlant 83,3 % des actions. Par la même occasion, Lactalis va s’imposer comme l’un des leaders mondiaux en matière de transformation de produits laitiers. Plus récemment, en juillet 2017, Lactalis rachète Stonyfield Farm. Cette filiale du groupe Danone se spécialise notamment dans la production de yaourts et de produits laitiers bio.

Un parcours sinueux

Tout ira bien pour le groupe Lactalis jusqu’au début des années 2000. À partir de là, le groupe va être la cible de nombreuses critiques et se lancera dans de nombreuses batailles judiciaires, dont la majorité seront perdues.

La non-conformité à l’AOC

En 2000, le groupe Lactalis a été reconnu coupable de fraude sur le lait et de publicité mensongère. En effet, la justice a estimé que la pratique qui consistait à mouiller le lait de consommation pour fabriquer du fromage était non conforme aux normes de l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

L’affaire du fromage périmé

En 2008, c’est au tour de Galbani (racheté par Lactalis en 2006) de passer devant les tribunaux pour une affaire de recyclage et de mise en vente de fromage périmés. En mai 2012, le groupe Lactalis est une nouvelle fois condamné par le tribunal correctionnel de laval à payer une amende de 33 000 euros pour une affaire de pollution. Parmi les autres sanctions liées à cette affaire, Lactaclis a dû verser une indemnité à plusieurs parties civiles.

L’entente sur les prix de vente

Une nouvelle condamnation survient en mars 2015. Cette fois-ci, c’est l’autorité française de la concurrence qui reconnait le groupe Lactalis coupable d’entente illicite sur les prix et les appels d’offres. L’entreprise est condamné a payé une amende de 56,1 millions d’euros.

Lactalis contre Envoyé Spécial

Parmi les évènements récents qui ont marqué le groupe Lactalis, il y a aussi le litige avec France Télévisions. En effet, suite à la diffusion d’un reportage concernant Lactalis dans le magazine Envoyé Spécial, le groupe a demandé d’interdire la rediffusion du programme à cause de quelques images qui montraient le domicile privé d’Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis. Le 28 octobre 2016, Lactalis a d’abord obtenu gain de cause auprès du tribunal de grande instance de Laval. Par ailleurs, en septembre 2017, ce même tribunal a rejeté la demande de dommages-intérêts d’Emmanuel Besnier, estimant qu’il n’y avait pas eu violation de la vie privée.

L’affaire du lait contaminé

L’affaire la plus médiatisée reste sans aucun doute celle du lait infantile contaminé. Le 3 décembre dernier, les autorités sanitaires françaises annoncent avoir entamées une procédure de retrait et de rappel de quelques lots de laits pour enfant fabriqués dans l’usine Lactalis qui se trouve à Craon. En effet, elles ont été informées que 20 nourrissons âgés de moins de 6 mois ont été contaminés par des bactéries de salmonelles que l’on a retrouvé dans certains lots de laits infantiles Lactalis. De nombreuses plaintes vont s’en suivre, dont la première sera déposée contre Lactalis pour mise en danger de la vie d’autrui par le père d’une petite fille touchée par la bactérie. Viendra ensuite les plaintes de l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir et de l’association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles.

Suite à cette affaire, la chaîne de grande distribution Intermarché a décidé d’arrêter la commercialisation de tous les produits fabriqués par Lactalis. Un dernier rapport daté du 2 février 2018, a recensé un nombre de 39 nourrissons touchés par l’épidémie durant l’année 2017, dont 37 en France, un en Espagne et un autre en Grèce.